La chute du mont Granier

En 1248, l’effondrement d’une partie gigantesque du mont Granier causa des milliers de morts, détruisit cinq paroisses (dont le décanat de Saint André) et bouleversa durablement le paysage de la cluse de Chambéry.
Cette catastrophe, qui reste l’éboulement le plus meurtrier d’Europe, eut un grand retentissement et fut à l’origine de plusieurs récits ou légendes, évoquant notamment une vengeance divine…La présence sur une moraine d’une petite chapelle dédiée à Notre-Dame, miraculeusement épargnée par la coulée de boue entrainant d’énormes rochers, donna naissance au récit le plus populaire de la vierge noire repoussant les démons. La chapelle devint sanctuaire, doté d’un couvent et d’un pèlerinage réputé. Depuis 1855, le clocher porte une statue monumentale de la vierge. en bronze doré ; haute de 5,25 m, elle domine la cluse de Chambéry, tournée vers la combe de Savoie et la majestueuse chaîne de Belledonne.
Cet effondrement a donné naissance à une face nord spectaculaire, plus haute falaise de France, qui ne fut gravie dans sa partie supérieure qu’en 1967 et dans l’intégralité de ses 700 cents mètres de paroi calcaire à l’hiver 2003.
Le territoire « abimé » s’est peu à peu relevé et repeuplé, conservant le nom d’Abymes. Ses lacs ont été utilisés d’abord comme réserves de poissons, notamment pour les religieux ; le plus grand, le lac Saint André, est devenu un lieu de détente apprécié, doté d’un petit port de barques, de pontons de pêche et d’un sentier permettant d’en faire le tour à pied. La vigne a peu à peu conquis les pentes à l’ensoleillement propice, pour donner naissance aux crus Abymes et Apremont.